Forum d'écriture chaleureux et convivial. (Comme le Mordor.)
 

Partagez | 
 

 Ecrire un dialogue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
Margogotte
Marmotte de mauvaise foi

Age : 23
Messages : 828
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 30/07/2014

MessageSujet: Ecrire un dialogue   Dim 19 Juin - 12:22

Ecrire un dialogue


En règle générale, il y a deux types d'écrivains : ceux qui adorent écrire des dialogues, et ceux qui ont horreur de ça. Appartenant à la première catégorie (les dialogues c'est la vie bébé), j'ai été curieuse de savoir pourquoi tant de gens n'aimaient pas ça. La plupart du temps, les gens n'aiment pas écrire des dialogues parce qu'ils ne savent pas comment s'y prendre. Du coup je prends la plume aujourd'hui afin de donner quelques conseils ! Bien évidemment, si ceux-ci fonctionnent pour moi, ce ne sera pas forcément le cas pour quelqu'un d'autre. Je ne donne aucun cours, aucune leçon, juste quelques tuyaux, en espérant que ça marchera pour vous aussi !


1. Un diakoi ?

Parce qu'il est important de toujours bien définir les termes d'un sujet de philo, on va commencer avec une petite définition de ce qu'est un dialogue. Un dialogue, c'est : « Dans une œuvre littéraire ou théâtrale, ensemble des paroles échangées entre les personnages ; dans un scénario de film, texte dit par les personnages en action. » (Source : Larousse) Dans un roman ou une nouvelle, il s'agira ainsi d'un ensemble de répliques prononcées par plusieurs personnages. Au moins deux, sinon on appelle ça un monologue (eh, pas bête).
Je peux même vous dire que « dialogue » vient du grec « dialogos » (« discussion »), composé de « dia » et « logos » (« au travers » et « discours », donc littéralement « à travers le discours »). Voilà. A part vous la péter dans un dîner mondain ça ne va pas vous servir à grand-chose, j'avoue, mais j'avais envie de sortir ma science. Bisous.

« Mais attends voir… qu'est-ce qu'on fait passer à travers le discours, au juste ? »

Quelle excellente intervention, lecteur anonyme ! Ça va directement nous conduire au point suivant. Parce que j'aime les transitions.


2. A quoi ça sert ?

A transmettre des informations. On ne le dira jamais assez, mais à moins d'être un auteur à succès et d'avoir des lectrices qui aiment notre joli minois plus que notre style d'écriture, mieux vaut bannir les dialogues inutiles (koman sa klash). Par dialogues inutiles, j'entends les dialogues qui ne servent à rien (merci Sherlock), que ce soit pour développer une relation entre les personnages ou faire avancer la ou les intrigues. On va voir avec un exemple :

Citation :
– Allô ?
– Salut !
– Ah, bonjour Germaine !
– Ça va Gertrude, comment était ta journée ?
– Oh bah pas génial.
– Ah bon, pourquoi ?
– Le prof de maths avait préparé un contrôle surprise.
– Oh je suis désolée, ça s'est bien passé ?
– Non je me suis craquée. Heureusement, c'est bientôt le week-end.
– J'avoue ! Par contre je ne pourrai pas venir à la fête de Gontran samedi soir.
– Quoi, pourquoi ?
– Gérard m'a invitée au ciné.
– Haha il s'est enfin décidé !
– Oui c'est trop cool, je suis trop heureuse meuf !
– Tu m'étonnes, je suis contente pour toi aussi !
– Et toi avec Gaspard, comment ça avance ?
– Oh bah j'ai laissé tomber l'affaire, il sort avec Géraldine…

STOP. Vous avez compris le message. C'est… comment dire… c'est CHIANT, oui voilà c'est ça. Un dialogue de ce type, en plus d'être extrêmement laborieux à lire, peut facilement être résumé par un petit paragraphe, ou même une phrase ou deux. Voyez :

Citation :
En rentrant de l'école, Gertrude reçut un coup de fil de sa meilleure amie qui voulait prendre de ses nouvelles. Après qu'elle lui ait raconté l'effroyable contrôle surprise infligé par son professeur de mathématiques, Gertrude eut le plaisir d'apprendre que son amie était enfin parvenue à séduire son crush, Gérard. Pour cette raison elles ne pourraient se voir à la fête qui avait lieu chez Gontran le samedi suivant, mais cela n'empêcha pas Gertrude de se ravir pour son amie.

Bon ça reste nul, mais parce que le matériau de base est nul. Mais ce que vous devez retenir, c'est qu'il faut toujours essayer de limiter les dialogues de « remplissage » qui ne sont là que pour donner du contenu à un chapitre. Ces dialogues là sont malheureusement très souvent vides et dénués d'intérêt. Mieux vaut se demander : qu'est-ce que ce dialogue apporte à l'histoire et aux personnages ? Qu'est-ce que l'histoire perdrait si j'enlevais ce dialogue ?

J'ai dit plus haut qu'un dialogue devait toujours avoir une utilité, mais bien sûr il ne faut pas prendre ça au pied de la lettre : un dialogue n'est pas forcément là pour divulguer des informations sur l'histoire (si tous les dialogues ne servaient qu'à ça, ce serait tout aussi lourd que s'ils ne servaient à rien). Il peut aussi approfondir la relation entre deux ou plusieurs personnages en rendant l'interaction plus vivante, approfondir la personnalité d'un personnage tout court, mais aussi apporter une touche d'humour. C'est à vous de voir comment vous souhaitez gérer vos dialogues, quel rôle vous voulez leur donner. Dans tous les cas, retenez bien qu'un dialogue est au moins aussi important qu'un paragraphe de narration, et qu'il ne faut surtout pas le bâcler ! Voici quelques exemples de fonctions que peut avoir un dialogue :  transmettre des informations, rappeler des faits qui ont eu lieu plus tôt dans l'histoire, indiquer les volontés des personnages, exprimer les sentiments d'un personnage, détendre une situation par un trait d'humour… les possibilités sont infinies !


3. Comment s'y retrouver ?

Parce que oui, un dialogue mal construit ça peut vite devenir plus tortueux qu'un labyrinthe. Il n'est pas toujours facile pour le lecteur de déterminer quel personnage dit quoi, c'est pour cela qu'on conseille souvent d'ajouter des verbes de dialogue à la fin de chaque réplique, comme ici :

Citation :
– Dis, tu en as pensé quoi du contrôle de maths aujourd'hui ? demanda Gertrude.
– Oh, ce prof est un démon ! dit Germaine d'un ton furieux.
– Bien d'accord, dit Gertrude en hochant la tête. On devrait lui donner une bonne leçon, dit-t-elle tout à coup.
– Tu penses à quoi ? demanda Germaine
– Oh, tu verras… dit Gertrude d'un air mystérieux.

Alors certes, c'est clair, on voit bien qui dit quoi, mais personnellement je trouve ça un peu lourd. Il faut varier les verbes de parole, qui sont bien plus nombreux qu'on ne le pense et ne se résument pas du tout aux éternels « dire », « répondre » ou « demander » ! Vous trouverez d'ailleurs une fiche ressource sur ce sujet ici.

Mais ce dialogue resterait lourd, même en variant les verbes de parole ! Je ne pense pas qu'il soit nécessaire d'indiquer à chaque ligne du dialogue qui dit quoi. Si le lecteur a besoin d'être guidé, il ne faut pas non plus le prendre pour un jambon. Voici un autre exemple, qui est à mon sens plus digeste :

Citation :
– Dis, tu en as pensé quoi du contrôle de maths aujourd'hui ? demanda Gertrude.
– Oh, ce prof est un démon !
– Bien d'accord, fit Gertrude en hochant la tête. On devrait lui donner une bonne leçon, ajouta-t-elle tout à coup.
– Tu penses à quoi ?
– Oh, tu verras… fit Gertrude d'un air mystérieux.

La différence n'est pas édifiante, mais déjà, remplacer les prénoms des personnages par des pronoms ou des statuts (« elle », « son amie »…) permet d'aérer le tout.
Et lorsque le dialogue ne comprend que deux personnages (Gertrude et Germaine), le lecteur n'est pas bête : s'il est indiqué à la ligne A que c'est Gertrude qui parle, alors il va comprendre qu'à la ligne B c'est forcément Germaine qui lui répond. Dans un dialogue à plus de deux personnages, lorsque l'un d'eux répète sans cesse la même chose, le lecteur va aussi comprendre de qui il s'agit. Exemple :

Citation :
– De toute manière, aucun de nous n'est doué avec les filles. Surtout Gontran.
– Eh ! Pourquoi moi ? Rétorqua l'intéressé.
– Bien d'accord, approuva Gaspard. Il faudrait vraiment s'améliorer.
– Tu dis ça, mais tu sors avec Géraldine !
– Pourquoi moi ?!
– Oh, elle, fit Gaspard en haussant une épaule. Ça ne va pas durer très longtemps. Elle est compliquée.
– Pourquoi moi ?!
– Je comprends, opina son ami en soupirant. Bah... Les filles.
– Je ne les comprendrai jamais...
– POURQUOI MOI ?!

Pauvre Gontran. Enfin, vous avez compris l'idée.


4. La crédibilité

Cette partie va être courte, car elle relève du bon sens. Écrire un dialogue c'est bien, mais essayer de le rendre crédible, c'est mieux ! Pour cela, il vaut mieux éviter les répliques « improbables ». Vous savez, celles que vos personnages disent mais que l'on ne dirait jamais « dans la vraie vie » ? Par exemple…

Citation :
– Bon, on va se faire un resto ? Demanda Gérard à ses amis.

Personne ne dit ça en vrai. Vous avez déjà dit ça à vos amis ? Moi non. Et c'est pas parce que je ne vais jamais au resto. Ni parce que je n'ai pas d'ami. C'est faux. Évitez les phrases trop théâtrales qui sonnent faux, cela contribuera à rendre votre dialogue plus vivant car plus probable !

Le deuxième point important est de correctement utiliser les verbes de parole. Car oui, il y en a un paquet, ce qui est super, mais ils ne s'emploient pas n'importe comment !

Citation :
– Bon, on va se faire un resto ? minauda Gérard face à ses amis.

On ne minaude pas quand on parle à ses amis. Sauf si dans votre groupe d'amis il y a Tom Hiddleston.
Pour les questions, mieux vaut utiliser les éternels (mais néanmoins efficaces) verbes tels que « demander », « interroger », « questionner », qui sont neutres. Après vous pouvez préciser l'intonation de votre personnage avec un adverbe ou en précisant carrément le ton, comme par exemple :

Citation :
– Bon, on va se faire un resto ? demanda Gérard d'un ton enjoué.


5. La mise en forme

Allez courage ! C'est la dernière étape. (Vous me direz, ça aurait aussi très bien pu être la première. Vous n'avez qu'à faire ça dans l'ordre que vous voulez. No rule. You're the boss, boss.)
Il y a plusieurs manières de mettre en forme un dialogue. En fait, il y en a deux, qui sont communément acceptées par tout le monde, il vous suffit donc d'opter pour celle qui a votre préférence. Elle est pas belle la vie ?

La première consiste à ouvrir un dialogue par des guillemets, commencer toutes les autres répliques par des tirets, et utiliser à nouveau des guillemets pour fermer le dialogue. Comme ceci :

Citation :
« Ça va Gontran, boude pas.
– Je ne boude pas.
– Si, tu boudes.
– Mais non ! »

Mais ça peut vite devenir un peu casse-bonbon dès qu'on ajoute des lignes narratives entre les répliques. Si cette ligne est directement intégrée dans le dialogue (c'est ce qu'on appelle une incise), il est inutile de fermer les guillemets avant ce passage, comme ici :

Citation :
« Ça va Gontran, boude pas.
– Je ne boude pas, rétorqua l'intéressé en pinçant les lèvres.
– Si, tu boudes, fit Gérard en lui tapotant l'épaule.
– Mais non ! »

En revanche, si la ligne de narration est plus longue, ça implique de fermer puis rouvrir les guillemets un peu plus loin, comme là :

Citation :
« Ça va Gontran, boude pas.
– Je ne boude pas, rétorqua l'intéressé en pinçant les lèvres. »

Amusé par la mauvaise foi de son ami, Gérard s'approcha de lui et vint lui tapoter l'épaule avant de lui répondre d'un ton moqueur.

« Si, tu boudes !
– Mais non ! »

Dans tous les cas, retenez le bien : on ne cumule jamais les guillemets et un tiret sur la même ligne. Ceci…

Citation :
« – Mais puisque je te dis que je ne boude pas ! »

… N'EXISTE PAS. JA-MAIS.

La deuxième solution est bien plus cool et « moderne » puisqu'elle consiste à envoyer balader les guillemets (qui sont jolis mais quand même un peu relous quand ils nous obligent à nous demander pour la centième fois « Grmblpjfudhu où est-ce que je dois les fermer ces #$djzz$ de guillemets?). On ouvre le dialogue par un tiret et on ferme le dialogue par un tiret. L'exemple utilisé plus haut se met donc en place ainsi :

Citation :
– Ça va Gontran, boude pas.
–  Je ne boude pas, rétorqua l'intéressé en pinçant les lèvres.
– Si, tu boudes, fit Gérard en lui tapotant l'épaule.
– Mais non ! 

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? Bon il y a quand même deux ou trois trucs à prendre en compte. Par exemple…

• Les tirets utilisés pour les dialogues ne sont pas les simples tirets qui s'affichent quand vous appuyez sur la touche 6. Déso. Ce sont des tirets plus longs, que l'on appelle « tirets cadratins ». Vous pouvez les obtenir en appuyant sur Alt+0151. Ca ressemble à ça : — . (Mais vous remarquerez que j'ai fait ma thug et que j'ai simplement collé deux tirets classiques avant d'appuyer sur espace quand j'étais sur mon traitement de texte : ça forme un tiret plus long, mais moins qu'un cadratin. Je trouve ça suffisant (et aussi parce que c'est relou de toujours faire Alt+0151…).

• Les guillemets doivent être précédés et suivis d'un espace (et on en laisse un aussi après le tiret!). Et les incises commencent toujours par une minuscule. Si la réplique qui précède l'incise se termine par un point, on le remplace par une virgule. Si Gontran veut dire « Je ne boude pas. » on l'écrira  comme ceci :

Citation :
– Je ne boude pas, rétorqua Gontran.

• Si la réplique se termine par un point d'exclamation ou d'interrogation, l'incise commence aussi par une minuscule :

Citation :
– Je te dis que je ne boude pas ! s'énerva Gontran.

(Attention parce que les logiciels de traitement de texte ont tendance à caser des majuscules automatiquement après chaque point!)


Le mot de la fin...

Et bien je crois que c'est à peu près tout… j'espère que ce petit tutoriel vous aura été utile ! N'oubliez pas qu'il n'y a pas « une » meilleure manière d'écrire et gérer un dialogue. La meilleure méthode, c'est celle qui vous convient le mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Harmonie
Keep calm and enjoy the melody

Age : 21
Messages : 473
Localisation : Besançon
Date d'inscription : 05/07/2016

MessageSujet: Re: Ecrire un dialogue   Mer 13 Juil - 17:56

Merci pour ce petit tuto, personnellement j'ai du mal avec le tiret cadratin, je ne les mets qu'une fois le roman finalisé :p
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Ecrire un dialogue   Dim 20 Nov - 17:35

Harmonie tu n'en oublie jamais en ne les mettant qu'a la fin?
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Elykaoïae
Owonite chevronné

Age : 19
Messages : 21
Date d'inscription : 07/10/2016

MessageSujet: Re: Ecrire un dialogue   Lun 21 Nov - 17:25

Normalement, dans un traitement de texte, tu as la fonction "chercher et remplacer".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eldaquenta.eklablog.com


avatar
Lunatique
Owonite chevronné

Age : 17
Messages : 113
Localisation : En directe de la lune
Date d'inscription : 17/09/2016

MessageSujet: Re: Ecrire un dialogue   Sam 4 Fév - 16:38

Merci Margogotte ! J'ai trouvé ce sujet super intéressant & utile

_________________
✡️ La vie est un songe et l'univers un théâtre, l'illusion règne en tous lieux ✡️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Ecrire un dialogue   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ecrire un dialogue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Exprimer le rire dans un dialogue
» comment ecrire?
» Ecrire à Cablecom
» Ecrire japonais sur le forum ???
» ecrire en arc de cercle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Owo :: L'antre de l'écriture :: Conseils et ressources :: Fiches méthodes-